Mode d’emploi #4 : Comment exprimer son affection pour le Front national…

Comment exprimer son affection pour le Front national tout en gardant une élégance sociale de bon ton ?

Trop souvent, nos concitoyens ne peuvent exprimer clairement leurs opinions politiques patriotiques sans passer pour des connards extrémistes. Pourtant, il s’agit au final moins d’un problème de fond que de forme.

Heureusement, Pichenettes vous donne quelques conseils afin d’éviter la vindicte des lobbies démocrates, féministes, antiracistes… et d’acquérir une respectabilité digne de celle de BFMTV. Il se veut simple et didactique afin de ne pas vous détourner trop longuement des moments de masturbation quotidienne que vous offre la lecture de Minute.

Voici un ensemble de phrases qui pourraient vous venir en tête et qu’il convient de modifier. Par convention, nous supposerons que chaque proposition sera précédée de « Je vote pour le Front national »

« Pasque les hommes y préfèrent les blondes »

Si cette affirmation n’exprime qu’une indéniable vérité, elle pourrait néanmoins vous attirer l’opprobre de certaines représentantes du beau sexe et vous placer dans une situation inconfortable. Il est ici judicieux de détourner cette attention vers une population pour laquelle le dénigrement ne fait pas débat. Préférez donc :
« Marine Le Pen est une vraie française de souche. Elle n’a jamais accepté les compromissions de nos politiciens pourris acquis à la cause juive. Le résultat ? 78,7 % des français ont voté pour un parti sioniste lors de la dernière élection présidentielle. »

marine le pen presidentielles

« Pasque la France, elle a besoin de vrais changements »

Et vous avez tout à fait raison. Cependant, le risque ici est de faire penser que l’on est macronien ou pire communiste. Il convient de préciser :
« La France a besoin de réformes et de changements. Nous devons retrouver notre fierté nationale et nos grandes valeurs héritées de la Gaule et des Mérovingiens. »

« Pasque le FN, au moins, il est resté fidèle à ses convictions ces trente dernières zannées. »

Cette proposition, en apparente contradiction avec la précédente, se doit d’être développée afin d’éviter l’écueil du solipsisme. On écrira donc :
« Il faut que nous nous attachions à retrouver nos valeurs et à redonner sens aux mots : travail, famille et patrie. Le FN défend ces grandes idées depuis sa création. »
Ainsi, vous ajoutez une touche de réflexivité dans votre idée qui vous préservera d’éventuelles médisances. Notez également l’importance d’employer des termes suffisamment vagues, utiles pour être en mesure de rétorquer à toutes les critiques que l’on pourrait vous objecter.

Michel Sardou

« Pasque les supremassistes américains y z’ont dit qu’on était en avance en Europe sur la question raciale. »

Hélas, seule une faible minorité de la population française apprécie à leurs justes valeurs le mouvement suprémaciste américain ou le Ku Klux Klan. Il faut donc tenter de rassembler les sceptiques par le biais d’une grande figure historique :
« Les patriotes américains ont reconnu l’action « du peuple, par le peuple et pour le peuple (Abraham Lincoln)» que mènent Civitas, l’Œuvre française, le bloc identitaire, le NPD et Pegida en Allemagne, Alternativa Española, DF au Danemark etc. Cela ne prouve-t-il pas que nous sommes sur la bonne voie ? »
Notez l’importance de la question rhétorique pour clore tout débat.

« Eh oui ! C’est nous qu’on est en avance, prends ça Macron ! Au fait, c’est quoi le rope ? »

Il y a en effet matière à se réjouir. Évitez cependant de donner trop d’importance à l’Union européenne en y faisant explicitement référence. Restez bref et concis :
« Le président actuel, Emmanuel Macron, n’a pas pris la mesure des problématiques liées au Grand remplacement. Nous ne voulons et ne pouvons pas accueillir toute la misère du monde. »

Drapeau français

« Pasqu’on peut pu battre monnaie et que moi j’aime bien taper. »

Euh… On ne peut évidemment qu’aller dans votre sens. Cependant, le charme franc et bourru de cette phrase peut s’avérer déconcertant pour le béotien. Préférez :
« Seul le retour à notre monnaie nationale peut nous permettre de regagner notre compétitivité et notre indépendance face à une Union européenne sournoise et perverse. »
Important : le fait de stigmatiser une institution aura un effet rassembleur auprès de votre lectorat (ou auditoire).
NB : la référence négative à l’UE s’avère toute aussi efficace face à des militants de la France insoumise si vous avez l’occasion d’en rencontrer durant vos repas de famille.

« Pasque le RMI y faisait 2 552 francs en 2000 et que le RSA y fait 471 euros aujourd’hui. C’est bien qu’on a perdu. »

Évitez le piège d’ennuyeuses conversions que pourraient vous opposer les âmes chagrines. Ne citez pas de chiffres et mettez simplement :
« L’introduction de l’Euro a mené à un appauvrissement de la population française. Le prix du pain au chocolat en est un exemple édifiant, quoi qu’en dise Jean-François Coppé. »

Dieudonné

 

« Pasqu’y en a marre de ces immigrés. On était bien dans not’ vallée mes cousins et moi. »

En effet, que devient le « vivre ensemble » à la française ? Cependant, pour plus d’impact, accusez directement un coupable sans le nommer pour asseoir votre révolte légitime :
« La politique d’immigration irresponsable menée par nos gouvernants successifs a entraîné une dilution de nos idéaux telle que nous ne nous sentons plus chez nous. »
NB : Il est possible de remplacer « gouvernants successifs » par « UMPS » selon vos goûts.

« Pasqu’y en a marre qu’on saccage not’ jolie langue. »

Certes… mais encore une fois approfondissez :
« Il faut que nous préservions notre belle langue française des incessants coups de boutoir que lui inflige le jargon anglais. La tolérance d’illettrés issus de sous-races l’immigration sur notre sol illustre ce laxisme. »
NB : Si vous doutez de l’emploi de la métaphore du viol dans la phrase précédente, rassurez-vous. Le viol s’avère très choquant dans le contexte idéologique. Vous n’aurez bien évidemment pas les mêmes problèmes de culpabilisation de la victime que l’on peut rencontrer dans le réalité concrète.

perroquet

« Pasque maintenant les meufs elles zont le droit de dire non et que depuis j’ai pu entendu oui. »

Depuis la loi Veil et les différents mouvements féministes des années 1970 notamment, il est devenu plus difficile d’imposer ses opinions aux femmes. Heureusement, on peut rester phallocrates en usant d’un vocabulaire adapté et en pensant à opposer les femmes trop indépendantes aux vraies femmes respectueuses des valeurs bibliques :
« Sous prétexte de libération du droit des femmes nous tolérons désormais l’infanticide et le mépris de la vie en général. »
Dans ce type de débat, comme vous l’avez sûrement remarqué, Dieu et/ou la Nature demeurent de fidèles alliés.

« Pasque qu’y z’ont baissé les effectifs de police et que je trouve plus de boulot maintenant que la légion m’a viré. »

(raclement de gorge)… L’important ici est de prendre un peu de recul par rapport à votre irremplaçable expérience personnelle :
« Seul le FN se préoccupe de la sécurité des français, seul le FN n’est pas corrompu par une logique franc-maçonne qui a conduit à une baisse des effectifs des forces de police, seul le FN n’a pas que la logique du fric en tête»
L’utilisation d’une anaphore permet ici de mettre du poids à votre propos. François Hollande lui-même a utilisé cette vieille ruse dans sa campagne de 2012. Comme le dit l’adage : « Il ne faut pas prendre les gens pour des cons mais il ne faut pas oublier qu’il le sont » Les Inconnus, Les publicitaires, 1993.

CRS

« Quoi non ? Bah pourquoi j’ai pas été pris d’abord ? »

(double raclement de gorge)… Le problème ici est à nouveau celui de la contradiction ou antithèse vis-à-vis de l’affirmation précédente. Nous emploierons ici la méthode dite « Fillon » qui a su faire ses preuves par le passé. Premièrement, ne faites pas référence à ce que vous avez pu dire ou faire précédemment. Cela soulignerait un paradoxe patent. Deuxièmement, si l’on vous remémore vos propos ultérieurs, niez tout d’un bloc et mettez en doute la crédibilité de votre interlocuteur. Troisièmement, si cela ne suffit pas ou que l’on vous apporte des preuves de votre duplicité, surtout, et c’est capital, ne le concédez en rien et continuez à clamer votre innocence. Les gens finiront bien par oublier. Exemple :
« Les pathétiques hausses d’effectifs de police sont à la fois insuffisantes et bien tardives. Par ailleurs, les épreuves d’admissibilité à la fonction de Défense sont trop ardues et réservées à une élite intellectuelle. Nos patriotes se trouvent obligés de former des milices dont l’utilité n’est pas reconnue par la loi. »
NB: Opposer patriotes et intellectuels, une recette qui marche.

« Pasque 35h par semaine, c’est pas assez. »

Embellissez légèrement, tout le monde ou presque est aujourd’hui d’accord avec cette proposition :
« Il faut nous réapproprier la valeur travail et nous débarrasser du « cancer le France » que représentent les chômeurs. »

chaton mignon

« Pasqu’y a pu la peine de mort et que bah c’est trop facile. »

Vous revenez ici sur une vieille lutte remportée par le félon communiste et le retors socialiste. Profitez de l’actualité pour offrir un biais indiscutable à votre argumentation :
« Bien que les statistiques truquées par les lobbies ne nous indiquent pas de hausse brutale de la délinquance depuis son abolition, la menace du djihadisme et de l’Islam radical nous prouve l’inconséquence de nos lois et met en danger nos concitoyens et notre territoire. Seule la réintroduction de la peine de mort est suffisamment dissuasive pour éviter que de tels actes soient perpétrés»
Nous notons une nouvelle fois que théories éculées et actualité font bon ménage. Il convient d’en profiter un maximum.

« Pasqu’on paye trop d’impôts et qu’on va finir par être obligés d’acheter du 51. »

A nouveau une phrase qui fait consensus. Vous pouvez néanmoins y apporter une fibre lyrique en appuyant sur le régionalisme :
« L’impôt tue à petit feu nos concitoyens au détriment de la consommation de nos produits régionaux fabriqués avec amour par le dur labeur de nos agriculteurs et artisans. »

51

« Pasque les étrangers y viennent vendre chez nous et qu’y a plus moyen de trouver de l’ananas français. »

Le grave problème que pose la balance commerciale n’a pas échappé à votre méticuleux esprit analytique. Cependant, veillez à nouveau à ne pas entrer dans le détail et astreignez vous à utiliser des affirmations simples :
« Nous devons préserver l’excellence française dans tous les domaines et cesser d’importer des produits de l’étranger. Nos producteurs de fruits exotiques sont les premières victimes de cette favorisation de l’étranger. »
Certains petits malins pourraient vous faire remarquer que les fruits exotiques ne font pas partie de l’agriculture française traditionnelle. N’hésitez pas à critiquer leur manque d’ouverture d’esprit et leur racisme territorial.

« Pasque Jeanne d’Arc, la pucelle d’Orléans, c’est la seule chose que j’ai retenue en Istoire. »

Quoi de plus important que la culture ? Vous avez raison mettre l’accent dessus. Cependant, pour plus de crédibilité exaltez celle-ci et mettez vous en contradiction avec un ennemi objectif :
« Notre Histoire est grande et glorieuse, il faut que cesse cette éducation communiste qui préfère enseigner l’histoire de la Chine ou des États-Unis plutôt que de se concentrer sur nos grands Hommes que sont Clovis, Charlemagne, Jeanne d’Arc, Napoléon et le Maréchal Pétain. »

Jeanne D

« Pasqu’y a pu de respect à cause de ces fils de putes de gauchisses qui votent Fillon. »

Comme beaucoup vous pensez que « charité bien ordonnée commence pas soi-même » et que la droite ne répond plus à cette considération. Essayez donc cela :
« La droite traditionnelle a dévoyé ses valeurs en faveur du nègre, du bougnoule, du jaune des minorités ethniques… Il faut que le respect redevienne une vertu cardinale. »

« Pasque les pédés y peuvent se marier et que c’est pas naturel alors que le mariage si. »

Prudence, l’attaque frontale n’est ici pas de mise. L’homophobie, si elle est socialement admise, se doit d’être pratiquée avec une certaine subtilité :
« Notre société, en acceptant le mariage pour tous, a sombré dans une nauséabonde perversion contraire à la Nature et à la Raison. »
Une des leçons que nous a appris la Manif pour tous est que vous n’étiez pas seul à détester celui ou celle qui ne vivait pas comme vous. Cependant, comme dans le cas du féminisme, prenez le soin de vous parer du manteau des grandes Valeurs et Traditions qui forment l’identité nationale ou référez vous à la Nature de l’Homme en général. N’hésitez pas à prendre exemple sur des maîtres en la matière comme Eric Zemmour, Dieudonné M’Bala M’Bala ou Tariq Ramadan.

Pasque « Jean Marie Le Pen, y dit pas que des conneries »
Florent Brunel, Bouleversifiant, 1991.

Voilà tout est dit. Vous devriez désormais être à même de bien paraître en société et vous pouvez même prétendre pouvoir répondre à une interview de Jean Marc Morandini.

JM Bigard

Enregistrer

Laisser un commentaire