L’édito d’Emeline #5 – L’Europe n’a pas pris une ride

Vu que vous êtes tous majoritairement de jeunes idiots ignorants, je vais me permettre de vous faire un petit cours d’histoire. À vrai dire, je me fais également un plaisir de faire de la morale historique aux vieux prétendument savants de mon entourage, vu que ces croulants n’ont que très rarement pris de fessée cul nu, sauf dans certaines soirées auxquelles ils ne m’invitent qu’en dernier recours.

La démocratie est une vaste blague inventée par des fils de bonnes familles qui voulaient se marier à des bergères plutôt que de se contenter de les trousser. Tout le reste n’est que du décorum pour amuser la galerie et trouver une occupation aux locataires de la rue Saint-Guillaume.

Fin de la leçon d’histoire. À l’aune de cette démonstration qui, vous l’aurez remarqué, reste compréhensible par le plus crétin d’entre vous car je m’efforce d’être la plus intelligible possible pour le nombre erratique de lecteurs de ce site, vous pourrez retourner grossièrement lire les nouvelles du monde en espérant voir un jour le monde changer de votre vivant. Le monde changera, je vous le garantis. Quand vous serez devenus les croulants de demain, vous vous persuaderez que les jours que vous dénigrez aujourd’hui étaient quand même bien mieux que les jours que vous vivrez alors.

À ce moment, peut-être, vous comprendrez pourquoi vous avez le sentiment que rien ne change depuis des siècles. Ce n’est pas un problème de richesse. Si ça l’avait été, mon majordome m’aurait fait la peau depuis longtemps, ce lâche. La richesse (et je suis plutôt bien placée pour le savoir) n’est qu’un facilitateur de quotidien. Elle permet de se tenir loin de la lie que vous constituez. Non, la vraie différence est faite par l’âge de ceux qui gouvernent. Mon Premier consul préféré avait 30 ans quand il a pris le pouvoir au niveau national, et il a changé la face de l’Europe. À 30 ans, sa chiffe-molle de neveu détalait en Angleterre chassé par les Suisses, ce qui lui a fait de l’exercice avant Sedan.

Qu’attendez-vous de gens qui à 30 ans étaient délégués interministériels aux jeux olympiques, conseillers à la Cour des Comptes, maires de villes peuplées de vieilles héritières, apparatchiks du parti communiste grec, ministre du travail dans un pays vivant de la finance, ou étudiants du mécanisme des réactions de décomposition avec rupture de la liaison simple et le calcul de leur constante de vitesse sur la base de la chimie quantique et des méthodes statistiques ?*

atelier coloriage

Grèce : où en sont les négociations ?

Les vieux que vous serez un jour n’accepteront jamais que vous renversiez le monde. Et ils sont tellement bons à ça que vous ne vous en apercevez même pas. Et ce n’est pas la Reine d’Angleterre, cette chienne lubrique embaumée dans du formol, qui vous dira le contraire.

Les Anglais sont des cons ! Vive l’empereur !

Émeline de la Tour, Marquise, Rédactrice en chef-chef.

*NDLR: Celui/celle qui trouvera à qui Émeline fait référence sans utiliser Google gagnera un voyage dans le Forez. Ceux qui utiliseront Google auront droit à un aller simple pour Juvisy.

Émeline De La Tour

Rédactrice en chef-chef.

Laisser un commentaire