L’édito d’Emeline #4 – Montrez la lune à l’imbécile…

J’adore les mois de juillet et août. Sous le prétexte d’avoir sa progéniture sans occupation en journée, le Français moyen se sent l’obligation de mettre de côté ses obligations productive pour prendre du bon temps. Mes idiots de neveux qui, sous prétexte d’être les fils de mes frères, pensent que ça me fait plaisir de les voir une fois par semaine, suivent ainsi le mouvement et disparaissent de mes tapis pendant quelques semaines. La solitude de la vieillesse ? Faut-il être sot pour s’en plaindre !

atelier coloriage

Bolloré rend hommage à de Greef

Les journalistes, qui sont les plus moyens des Français, ne dérogent pas à la règle. Sitôt le premier du mois de juillet passé, ils perdent tout attirail critique et s’intéressent à des sujets fondamentaux comme l’importance de bien penser à laisser la fenêtre ouverte quand on laisse la marmaille dans la voiture. Le seul intérêt des médias à cette époque est dans le grand mercato qui se lance entre les patrons de chaînes. Qui réussira à se débarrasser de ses pénibles ? Qui les récupérera pour profiter de quelques lecteurs/auditeurs/téléspectateurs déçus et ronchons ? Et tous de se précipiter dans la brèche, beuglant à la liberté d’expression qu’on assassine, au bon vieux temps d’une émission au sommet de sa gloire, d’un auteur intemporel… Et dès le lendemain, les charognards du contrepied sont déjà là, pantelants dans leur joie de pouvoir s’afficher contre tous. C’est tellement drôle ! J’adore voir la prétendue liberté de la République se ridiculiser d’elle-même. Tout le monde oublie, bêtement, qu’il ne s’agit que d’un débat entre l’épicier, le grossiste et le client.

Au final, devinez ce qui arrive à l’ovin ? Il en oublie l’essentiel et ne protège plus ses arrières.

Les Anglais sont des cons ! Vive l’Empereur !

Émeline de la Tour, Marquise, rédactrice en chef-chef.

Émeline De La Tour

Rédactrice en chef-chef.

Laisser un commentaire