L’édito d’Émeline #2: Tous des lâches

Qu’ois-je ? Qu’entends-je ? L’Europe dépenserait des milliards pour garder ses frontières ? Cette Europe de républiques gueuses et de souverains de pacotille, descendants directs des pleutres de ces coalitions de dégénérés consanguins, trop effrayée à l’idée de s’étendre, fortifie ses frontières. Ah les lâches. Les démocrates me hérissent. Bonaparte, reviens, ils sont devenus fous ! Même ton crétin de neveu, cette chiffe molle, aurait eu suffisamment de jugeote pour voir la solution limpide qui s’offre à cette situation : la conquête la fleur au fusil !

Tant qu’à dépenser de l’argent pour cogner des pauvres, autant le faire avec classe, par les abeilles impériales. Qu’on reparte dans les colonies ! On les laisse se débrouiller cinq minutes et ils reviennent dare-dare en métropole pour reprendre leur esclavage salarié. Pourquoi imposer un trajet atroce à ces pauvres bougres et au passage dépenser en barbelés et en kérosène alors qu’on pourrait les exploiter chez eux[1] ? La victoire ne serait pas glorieuse, certes. Mais ce serait l’occasion d’utiliser ces quarterons de généraux inutiles dont on ne sait plus que faire…

editoemeline

Le dessin de la semaine par Frrnt

Évidemment j’entends déjà les cris d’orfraies des républicains piqués au vif dans leur conception hypocrite des droits de l’homme. Dois-je vous rappeler que la plus grande poussée coloniale hors d’Europe a été faite par la IIIe République ? Au moins, l’Empire s’était attaqué à des adversaires de sa taille, il n’était pas allé sabrer du primitif au nom de la civilisation. Et aujourd’hui ? Ces bourgeois bedonnants qui occupent les ors de l’Empire viennent s’inquiéter de quelques pouilleux juste pour pouvoir se faire réélire. Pire encore ! Ces sales pauvres ne sont que de passage, et rêvent d’aller en Angleterre ! Ne serait que par principe, nous devrions les accueillir de force ou les noyer[2] plutôt que de laisser l’Angleterre profiter de cette main d’œuvre bon marché !

Les Anglais sont des cons ! Vive l’Empereur !

Émeline de La Tour, Marquise, rédactrice en chef-chef.

Note de la rédaction : Nous avons évoqué à demi-mots Waterloo lors d’un entretien téléphonique. Émeline nous a demandé de nous enquérir « du nombre de touristes anglais et prussiens admis pour intoxications alimentaires dans les hôpitaux belges dans les jours qui viennent » et d’aller nous faire voir chez les Grecs.


[1] NDLR : On le fait déjà, Émeline…
[2] NDLR (bis) : On les laisse déjà se noyer, Émeline…

Émeline De La Tour

Rédactrice en chef-chef.

Laisser un commentaire