LE FC POUR MA GUEULE #3

Le FC Pour ma gueule est une sympathique équipe de football composée des différents prétendants à la primaire de la droite pour la présidentielle. Nous avons eu le bonheur de rencontrer les joueurs. Aujourd’hui, nous nous sommes entretenus avec son arrière droit, Henri Guaino.

henri-guaino-je-n-ai-avec-mme-taubira-que-des-desaccords_2781761_1000x500

Henri Guaino s’entraîne à faire une touche avec son gros melon.

 

Quelles sont les ambitions de votre équipe pour cet Euro 2016 ?

La victoire bien sûr. La gauche est insupportable. Il faut impérativement les éliminer.

Et à titre individuel, qu’attendez-vous de cette compétition ?

Tout est à titre individuel vous savez. Je veux la victoire. Les Français exigent la vérité. J’ai inspiré dans l’ombre le quinquennat Sarkozy. La défaite de 2012 s’explique ainsi. Le pays avait compris que j’étais le boss, ils voulaient tellement voter pour moi qu’ils se sont abstenus de voter Sarkozy. Hors de question de refaire la même erreur aujourd’hui. J’y vais, je gagne, je triomphe. Simple, rapide, efficace, c’est tout Riton.

Quelles sont les particularités du poste d’arrière-droit ?

C’est important d’être à droite, tout à droite. Je n’ai pas choisi, c’est mon poste naturel.

N’est-ce pas un problème d’avoir plusieurs joueurs titulaires pour le poste d’arrière-droit au sein d’une même équipe ?

Personne n’a voulu lâcher. Nous voulions tous être à droite. Je suis le dernier à être arrivé mais je n’ai rien cédé. Riton, un homme fort et déterminé, à droite toute.

La préparation a-t-elle permis de bien préparer l’équipe et d’améliorer la cohésion entre coéquipiers ?

Personnellement, je m’en fous. D’ailleurs, j’ai déclaré que quelque soit le résultat, je me présenterai à la présidentielle. Mes soit-disant coéquipiers ne sont que des faire-valoir pour l’instant. Mais ils ne comprennent rien et vont s’évertuer à me mettre des bâtons dans les roues. Ce qui prouve qu’ils sont complètement cons.

Que redoutez-vous le plus dans cette compétition ?

C’est l’Euro. Tous les adversaires sont redoutables. Tous les Européens ont le football et la culture de la domination et de la victoire dans leurs gènes. Ce n’est pas comme en Coupe du monde avec les petits matchs faciles contre les Africains ou les Asiatiques. Les Africains ne sont pas vraiment entrés dans l’histoire du football. Ils préfèrent rester sur la touche à regarder. Les Asiatiques n’ont pas la culture de la gagne. Ils sont faits pour obéir et être dominés. Du coup, pour nous, en Coupe du monde, c’est facile de gagner nos premiers matchs. L’Euro est une compétition beaucoup plus relevée. C’est une joute entre chevaliers de la plus haute noblesse.

Laisser un commentaire