L’interdiction du burkini ou l’art de ne pas aller assez loin

Fin juillet, M. Lisnard, maire de Cannes, s’est dit qu’il fallait interdire le burkini. L’émulation entre édiles des Alpes-Maritime fut à son zénith (12 communes ont imité Cannes depuis, d’autres l’auraient fait volontiers mais elles ne sont pas au bord de la mer hélas). Le Pas-de-Calais et l’Aude sont aussi touchés ; même la Corse s’est joint au tsunami d’arrêtés municipaux. Les commentaires et prises de position se sont multipliés. Les tribunaux ont été saisis, le premier ministre s’est exprimé, les médias se sont enflammés. Avec cette interdiction du burkini, plusieurs questions se posent.

1. Qu’est-ce que le burkini ?

A priori, c’est simple, il s’agit d’un costume de bain féminin qui recouvre au maximum la peau. La tête est également recouverte. Le burkini ne doit pas être confondu avec les combinaisons destinées à protéger du soleil ou des eaux dégueulasses ou trop froides. Burkini est un néologisme associant burqa et le suffixe -kini qui fait référence à une tenue de bain. Notons que -kini renvoie surtout aux monokini et bikini et que le maillot de bain une pièce s’appelle maillot de bain une pièce. -kini est donc associé à des tenues de bain légères et débridées. La burqa est quant à elle un voile intégral d’origine afghane. La burqa semble notamment être promue par les salafistes. « Burkini » associe donc paradoxalement le rigorisme et l’aguichant. Cette expression vise déjà à marquer les esprits. D’où vient cette appellation de burkini ? De ses détracteurs probablement. En effet, les femmes qui vont se baigner sur les plages publiques ne respectent pas les interdictions martelées par les promoteurs de la burqa. Ces femmes sont dans une démarche contraire à l’enfermement, à la ségrégation sexuée et au port de tenues qui cachent tout.

2. Pourquoi interdit-on le burkini maintenant ?

Parce qu’il y en a de plus en plus ? Peut être.

Parce qu’il y a eu des attentats en France et qu’il faut bien montrer qu’on fait quelque chose ? Sans doute.

3. Le burkini est-il insupportable à la vue ?

C’est un bon débat qui interroge les idées de liberté, de tolérance, de discrimination. C’est complexe mais important. Toutefois, je signale que les gros coups de soleil sont aussi insupportables à la vue. Ces peaux brûlées évoquent la grande souffrance de la victime et un futur cancer de la peau. Il serait souhaitable que les policiers municipaux qui viennent verbaliser les porteuses de burkini profitent de l’occasion pour passer de la crème solaire sur toutes les peaux sensibles. Ainsi, la plage serait bien plus agréable à la vue pour tous.

4. Le burkini est-il une composante de l’esprit terroriste ?

Des éléments de réponse ont été donnés au point 1. C’est loin d’être évident. Mais dès lors, pourquoi s’arrêter au burkini ? Il faut éradiquer toutes les composantes de l’esprit terroriste.

5. Quelles sont les autres grandes idées liées au terrorisme qu’il faut tout de suite interdire ?

Les terroristes dont il est question (janvier 2015, novembre 2015 et juillet 2016) sont en grande majorité des Français ou des gens qui ont longtemps vécu dans les sociétés française ou belge. Leur principal point commun est qu’ils se sont sentis rejetés, mis à l’écart. Presque aucun d’entre eux n’a pu obtenir un emploi stable, beaucoup sont passés par la prison. Ils avaient des origines maghrébines et musulmanes et comprenaient la langue française. Dès lors, ils ne pouvaient pas ignorer les saillies racistes et islamophobes qui se multiplient dans la vie quotidienne et sur la scène politique. Les ont-il prises contre eux ? Sans doute. Avaient-ils tort sur ce point ? Non. Est-ce que l’isolement et le rejet ont favorisé la dérive de leur pensée vers l’extrémisme et la violence ? Oui. Ce n’était pas le seul ressort et ce n’est en rien une excuse mais ça a contribué aux attentats. Alors, interdisons le burkini et les discours racistes et islamophobes. C’est beaucoup plus sûr.

Les frères Kouachi avaient mal repéré les locaux de Charlie Hebdo et se sont d’abord trompés d’immeuble. Les kamikazes du Stade de France avaient oublié de prévoir une solution pour entrer dans le stade. La connerie est l’un des autres ressorts de ce terrorisme. Interdisons donc le burkini et la connerie, c’est beaucoup plus sûr.

Laisser un commentaire