Debout, les pieds dans la merde!

28 avril 2017. 20 heures

« Je soutiens Marine LE PEN et ferai campagne avec elle »

Nicolas DUPONT-AIGNAN

29 avril 2017. 11 heures

« Présidente de la République, je nommerai Nicolas DUPONT-AIGNAN premier ministre de la France ».

Marine LE PEN

Jusque là, Nicolas DUPONT-AIGNAN était un éternel candidat, toujours minoritaire mais toujours à droite. Son abnégation et ses refus de rallier le FN et l’UMP pouvaient faire sourire. Désormais, il n’amuse plus personne. Comment en est-il arrivé là ? Pouvait-on prévoir une telle infamie? Regardons donc sa profession de foi du premier tour.

Tout de suite, c’est le culte du grand homme qui frappe. En quatre pages, nous avons droit à dix photos du leader charismatique. En première page, nous avons le grand portrait, qui prend toute la place. Dans les pages centrales, c’est le roman photo de l’homme d’action : Nicolas à l’Assemblée, Nicolas dans les champs, Nicolas sourit à la jeunesse, Nicolas met la main à la pâte. Et pour finir, Nicolas, sa vie, son œuvre, le tout déclamé à la troisième personne. C’est « un homme différent ». Pas de bol diront les mauvaises langues, il est marié à une Valérie. Souvenirs, souvenirs. Il a tout pour plaire : père de famille, grand-père aviateur lors de la Première Guerre Mondiale… et pour parfaire la biographie rassembleuse : « il a été élevé dans une famille de la classe moyenne profondément attachée à la France ».

Qui dit grand homme dit homme d’action. La profession de foi ne nous déçoit pas. Les pages centrales ne sont pas le programme de Nicolas mais son « agenda de président ». La communication est légère et subtile : quatre colonnes « mai », « juin », « juillet », « août ». Rien n’est laissé au hasard. Les jours de la semaine sont indiqués, comme sur un vrai agenda. Le souci du détail est poussé à l’extrême : lundi 1er mai, jeudi 1er juin… Rapide et efficace, à n’en pas douter. Léger et subtile aussi. Les deux phrases d’introduction se terminent par un point d’exclamation. Les deux premières propositions aussi. Tout de suite, on croit davantage aux choses quand elles sont énoncées en s’exclamant ! C’est forcément convaincant ! Votez Dupont-Aignan !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Debout la France! Une autre politique ! L’homme qu’il faut à la France ! Choisissez votre Président !

La panoplie se complète avec l’accent mis sur la confiance. Il ne faut pas critiquer, réfléchir mais faire confiance au grand homme. La preuve d’ailleurs, il a une bonne tête. Tout est ramené au niveau du personnel et de l’affectif, pas à celui de la raison. D’entrée, Nicolas le dit « comme vous, j’aime la France ». Il invite ses électeurs avec lyrisme : « serrez sur votre cœur le bonheur d’être Français ». Ce programme, « c’est notre contrat de confiance », le tout avec la ponctuation qui va bien : !

Nous avions déjà sous les yeux tous les ressorts utilisés par les leaders d’extrême-droite : grand homme, énergique et tellement sincère qu’on ne peut que lui faire confiance. Passons désormais au programme en lui-même.

 

Qui dit extrême-droite dit discours anti-système. Dès le début, c’est évident. Proposition n°1 : « On nettoie la politique ! », tout ça parce que « je souffre de voir notre pays abîmé et notre peuple abandonné par des dirigeants qui ne sont pas à la hauteur1 ». Nicolas, lui veut « servir les Français sans jamais se servir. » Il manque la critique des médias et le complexe obsidional ? Que nenni. Il conclut là-dessus, ça n’est pas le moindre des points de son argumentaire : « les médias veulent vous imposer leur Président ».

Il faut l’homme à poigne, nous l’avons également. Il s’agit « d’expulser systématiquement les clandestins et les délinquants étrangers » et de prôner la « tolérance zéro pour les voyous ! ».

Une bonne touche de xénophobie ? A volonté ! Nicolas propose de « stopper l’appel d’air migratoire » contre ces profiteurs étrangers à qui on va « imposer 5 ans de travail et de cotisations avant de percevoir des aides sociales » et de dire « stop à la concurrence déloyale » en annulant la directive européenne « travailleurs détachés ».

Ce n’est pas assez. Il ne faut pas en effet oublier le volet islamophobie, qui fait proposer de « refuser définitivement l’entrée de la Turquie en Europe », de « fermer les mosquées qui prêchent la haine ». Le terrorisme lui est forcément « islamique ». Attention ! « Le choix que vous allez faire dimanche est historique, c’est un choix de civilisation ». CQFD.

Ajoutez-y tous les grands classiques de la droite : le nationalisme, la défense de la ruralité, la nécessité de réaffirmer l’autorité des enseignants et de renforcer les apprentissages fondamentaux et une politique sociale qui se résume à 100 € par mois de plus pour les petites retraites pendant qu’on « baisse de 10 % l’impôt sur le revenu », qu’on défiscalise les heures supplémentaires et qu’on réduit les droits de succession. M. Fillon, dans toutes les procédures judiciaires que vous avez l’intention d’initier, n’oubliez pas ce plagiaire zélé de votre programme économique.

 

Pour coller au mieux avec le FN, il manque une bonne dose de tartufferie. Nous l’avons, avec la photo du grand homme qui s’incline devant la croix de Lorraine.

A propos de tartufferie, comment fait-il pour réaliser ses promesses? Pour rappel, aucune réforme institutionnelle n’est proposée. Il faut donc supposer qu’il reprend le fonctionnement de la Ve République de son cher général de Gaulle. Dès lors, comment fait-il pour prendre toutes ces mesures lors des deux premiers mois et faire toutes ces lois alors qu’il n’y aura pas de session parlementaire d’ici fin juin? Il renégocie les traités européens en juin (vers le 15 juin plus précisément) mais a déjà récupéré en mai « l’excédent de 8 milliards que la France verse chaque année à l’Union Européenne ». Excédent de quoi au fait ?

Ce n’est pas assez ?

Ça ne vous dit rien? Les grands défenseurs des Droits de l’Homme ont l’habitude d’accorder leur priorité aux animaux.

Pour rappel, la défense des animaux est une tradition familiale.

Pour être plus précis, il faut rappeler que le monsieur de l’image précédente préfère les dobermans. Lesquels dobermans ont bouffé la chatte de la dame précitée2.

 

Que s’est-il donc passé vendredi 28 et samedi 29 avril? Marine Le Pen a communiqué sur son ouverture. Elle a rallié quelqu’un d’extérieur à son parti. Et ce quelqu’un a plus de poids et d’attrait que Bruno Mégret. Un homme qui fonctionne et propose comme l’extrême-droite a rejoint son camp naturel. Ce pourrait être un micro-événement. Mais il ne faut pas oublier que c’est la fin des candidatures isolées de Debout la France, formation en mesure de présenter des candidats dans toutes les circonscriptions et de piquer des voix au Front National au premier tour des législatives. Nous nous moquions et avions oublié de nous méfier. Nous ne le ferons plus désormais.

 

1Vous aurez noté ici l’absence incompréhensible du point d’exclamation !

2http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1246525-la-chatte-de-marine-le-pen-tuee-par-le-chien-du-pere-un-storytelling-des-divisions-du-fn.html

Un commentaire

  1. Ping :Un nouveau nom pour le FN : le parti des gagnants ? – Pichenettes

Laisser un commentaire