[Pichenettes Ciné-club] Les premières réalisatrices : Alice Guy et Germaine Dulac

Projection du mercredi 6 décembre en partenariat avec le Périscope (13 rue Delandine, 69002 Lyon)

Une soirée complètement muette avec deux des premières réalisatrices de l’Histoire : Alice Guy et Germaine Dulac

La fée aux choux – Alice Guy (0:50 min, 1896) :

Il s’agit du film qui consacrera Alice Guy comme la première réalisatrice de l’histoire et une pionnière du genre, car, avec L’arroseur arrosé des Frères Lumière, il s’agit d’une des premières œuvres de fiction du cinéma.

Les résultats du féminisme – Alice Guy (6:56 min, 1906) :

Alice Guy met en scène l’inversion des rôles dans un couple. Cela donne un court métrage étonnant de modernité dans une époque qui ne met pas en valeur les femmes et leur place dans la société.

La naissance, la vie et la mort du Christ – Alice Guy (33:59 min, 1906) :

Alice Guy réalise avec La naissance, la vie et la mort du Christ un moyen métrage d’un temps record pour l’époque. Tourné en partie dans la forêt de Fontainebleau, avec des décors différents pour chacune des 25 scènes, la réalisatrice va diriger presque 300 figurants et acteurs. Une œuvre assez impressionnante et ambitieuse qui sera couronnée de succès.

La souriante madame Beudet – Germaine Dulac (38:12, 1922)

Germaine Dulac reste une des premières réalisatrices de l’histoire, et surtout, contrairement à Alice Guy, elle n’est pas totalement tombée dans l’oubli. La souriante madame Beudet traite de la violence psychologique au sein du couple, un sujet encore peu ou mal traité aujourd’hui.
Ce film a été chroniqué ici pour le projet 1001 films.

Laisser un commentaire