[Pichenettes Ciné-Club] La Société du Spectacle (1973)

Projection du mercredi 10 janvier 2018 en partenariat avec le Périscope (13 rue Delandine, 69002 Lyon)

 

La société du spectacle est une œuvre majeure et déconcertante. Majeure parce que le livre et le film qui le complète ont tellement marqué la pensée contemporaine que son nom même est devenu un concept qui dépasse largement son créateur. Déconcertante parce que finalement, peu de gens peuvent réellement revendiquer avoir lu ou vu La Société du Spectacle, surtout parmi ceux qui citent ce titre à longueur de discours officiels.

Car le texte du livre, qui est utilisé comme commentaire dans le film, n’est pas facile d’accès, c’est le moins que l’on puisse dire. Il est composé de 221 thèses,  présentées abruptement, sans démonstration, ni exemple. Souhaitant prolonger la critique marxiste de la société marchande et notamment du culte de la marchandise, Debord théorise le rôle du spectacle comme outil de l’aliénation et de contrôle de la vie quotidienne.

« Toute la vie des sociétés dans lesquelles règnent les conditions modernes de production s’annonce comme une immense accumulation de spectacles. »

Le livre est sorti en novembre 1967, simultanément au Traité de savoir-vivre à l’usage des jeunes générations de Raoul Vaneigem. Ces deux ouvrages constituent le manifeste du situationnisme et ont servi de support intellectuel au mouvement de mai 68. Pourtant si le second est clairement plus accessible, c’est bien le premier qui est entré dans le langage courant.

En 73, Guy Debord propose donc une adaptation cinématographique de son livre, mêlant, dans la tradition situationniste, des extraits de films hollywoodiens, des images de propagande soviétique, des publicités, des archives… qui illustrent le texte original, lu par l’auteur lui-même. Une dénonciation conjointe du capitalisme marchant et de la bureaucratie socialiste qui l’une comme l’autre se servent du spectacle pour asseoir et renforcer leur autorité.

Debord fait tout ça en utilisant les outils et les moyens du spectacle. Livre, multiples préfaces à chaque édition et dans chaque pays, affiches, bande-annonce, film, réfutation du film et même, 20 ans après, des commentaires en forme de testament.

 

Il faut voir ce film !

Il faut le voir déjà parce qu’au moins, vous pourrez dire que vous, vous l’avez vraiment vu.

Il faut le voir parce que s’il y a une pensée qui a vu l’ensemble ou presque de ses prémonitions se réaliser, c’est bien celle des situationnistes.

Il faut le voir surtout parce qu’aujourd’hui, les situationnistes ne sont plus étudiés que dans les écoles de c

ommerce, de pub et de marketing. Parce que les politiques n’ont plus que ce mot de spectacle à la bouche. Parce qu’à l’heure d’internet, des images omniprésentes et des théories complotistes, il est essentiel de s’armer contre la dictature du spectacle, devenu autonome.

Surtout, il faut le voir à plusieurs. Pour en parler, en débattre, en prolonger la vie. Et réaliser un peu de la révolution situationniste.

Laisser un commentaire