[Pichenettes Ciné-club] Deux documentaires de Chris Marker

Projection du mercredi 7 novembre 2018 en partenariat avec le Périscope (13 rue Delandine, 69002 Lyon)

Ce n’est pas nouveau, chez Pichenettes, on aime Chris Marker. On pourrait vous parler des heures de ses œuvres de fiction, et pas seulement de La Jetée, célèbre roman-photo qui a inspiré L’Armée des douze singes.
Dans un de ses derniers films, l’incroyable Level 5, Chris Marker se questionne sur le sens des images, leurs rôles et leurs responsabilités. Ainsi, pendant la bataille d’Okinawa, on voit une femme japonaise, affolée, se jeter du haut d’une falaise en voyant arriver l’armée américaine. Au dernier moment, elle lève la tête et son regard croise la caméra au loin. Aurait-elle sauté si elle n’avait pas vu qu’elle était filmée ?

Les deux documentaires que nous projetons sont bien plus tôt dans la carrière du grand Chris. Mais il porte en eux, déjà, ce questionnement dans le rôle des images et de ceux qui filment.

À bientôt, j’espère raconte une grève de 1967, où, pour la première fois, les ouvriers ne parlent pas seulement de leur condition de travail, mais de leurs revendications de fond, sur leur vie quotidienne et leur besoin de culture. Comment ne pas voir ici l’annonce de mai 68 et l’explosion de cette grande question ? Ce reportage avait d’ailleurs été jugé inacceptable par l’ORTF qui l’avait interdit avant de finalement accepter de le diffuser à la condition qu’il soit suivi d’un « débat », qui ajoute encore à la puissance revendicatrice des ouvriers.

 

Puisqu’on vous dit que c’est possible se passe cinq ans après et raconte la formidable entreprise d’autogestion des ouvriers de Lip. Et si l’espoir reste toujours le cœur du documentaire, on sent poindre la violence, la tristesse et la fatalité des années 70.

Ces films ne sont pas seulement des témoignages d’une époque ni les prémices de celles qui suivent. Ils sont des acteurs des mouvements et ont participé au cheminement des évènements. Ils viennent aussi nous rappeler que les luttes ouvrières et syndicales ne parlent pas que de salaire et de cadences. Dans le climat social et politique actuel, il est essentiel de se souvenir qu’une lutte a besoin d’espoir.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.