[les lundis ciné] Carnival of Souls (1962)

Projection du lundi 22 février 2016 en partenariat avec le Périscope (13 rue Delandine, 69002 Lyon)

Carnival of soulsSynopsis
À la suite d’une course de voitures improvisée, un véhicule transportant trois jeunes femmes tombe d’un pont et s’enfonce dans une rivière. Unique rescapée, Mary, une organiste professionnelle, part ensuite s’installer à Salt Lake City où son nouveau travail l’attend.

Fiche technique
Réalisation : Herk Harvey
Scénario : John Clifford
Durée : 84 min
Date de sortie : 26 septembre 1962
Distribution : Candace Hilligoss


Carnival of Souls ne vous offre que deux possibilités. Soit vous ne l’avez jamais vu et vous devez absolument le découvrir. Soit vous l’avez déjà vu et vous savez bien que vous devez absolument le revoir.

J’envie ceux qui vont le découvrir lors de cette projection, presque dans les meilleures conditions possibles. En effet, la peur, pour être vraiment un plaisir, doit se partager. Et Carnival of Souls est le film le plus terrifiant que je connaisse.

Revenons près de 20 ans en arrière. J’ai une quinzaine d’années et Arte diffuse une série de films d’angoisse. Je les ai tous vus, mais seuls deux vont me marquer profondément. Les yeux sans visage, de Georges Franju et un second, dont le nom m’échappe malheureusement. Seuls restent une image terrifiante, mon plus grand moment de peur cinématographique et le sentiment d’avoir vu un film exceptionnel, hors du commun.

Des années durant, j’ai cherché à retrouver ce film, jusqu’à ce qu’une de mes descriptions de ce souvenir, posées sur un forum, finisse par obtenir le titre que je recherchais tant. Carnival of Souls, le carnaval des âmes qui m’avait tant terrifié. Je me le suis rapidement procuré. J’ai hésité à le regarder, de peur de ne pas retrouver l’émotion et la terreur de la première fois, de crainte que ma reconstruction mentale ait rendu ce souvenir trop fort.

Mais dès la première scène et la tension qui se dégage de la course de voiture, j’ai su que mon souvenir était bon et que la peur serait de retour.

Je ne tiens pas ici à vous en dire trop sur le film, car avoir peur nécessite forcément la surprise. Mais je dois quand vous dire un mot de la musique. L’héroïne est organiste et doit s’installer dans une nouvelle ville pour assurer la musique dans une église. Toute la musique du film est donc interprétée à l’orgue et rend plus étrange et surréaliste son ambiance.

Seul film d’un réalisateur de documentaires scolaires, longtemps considéré comme un nanar jusqu’à ce que quelques cinéphiles le sauvent de l’oubli dans les années 80. Tourné en quelques jours, pour un budget de 30 000 $ avec une actrice qui ne fera qu’un seul autre film par la suite, Carnival of souls est un OVNI à ne manquer sous aucun prétexte.

Carnival of souls 2

4 commentaires

  1. Bonjour ! il faut réserver sa place ou c’est entrée libre ?

  2. Ping :[Pichenettes Ciné club] Dementia 13 (1963) – Pichenettes

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.