La reprise des lundis ciné

Depuis la fermeture du Korova Bar, nous n’avions plus de lieu où organiser nos projections du lundi. Je n’avais alors plus de raisons de boire de la bière en début de semaine et sombrai peu à peu dans une lente dépression. Et toi aussi lecteur, tu étais triste de ne plus voir ces films libres de droit ou tombés dans le domaine public que tu chérissais tant. Mais rassure-toi, le mois dernier, on n’a pas fait que des articles sur Star Wars ou des calendriers, on a aussi fait une recherche intensive de salles susceptibles de programmer à nouveau les lundis ciné. Et devine quoi ? On a trouvé !

Le Périscope, dans sa grande générosité, a accepté de reprendre le flambeau. Quelques petits changements néanmoins : les projections ne seront plus hebdomadaires mais mensuelles. Une fois par mois donc, nous convions qui le veut à venir voir un film entre copains, à moindres frais. Il y aura du vieux film hollywoodien, des expérimentations chelous, des films récents qui s’en tapent largement de la propriété intellectuelle, de l’action, de l’émotion, du cul, des flingues, tout ! C’est la magie du cinéma !

Trois films sont d’ores et déjà programmés.

Lundi 25 janvier, on se regardera Les Neiges du Kilimanjaro (The Snows of Kilimandjaro) de Henry King, avec Ava Gardner (1952).
Synopsis : Dans un camp de chasseurs, au pied du Kilimandjaro, l’aventurier écrivain Harry Street attend de passer de vie à trépas immobilisé par une blessure qui s’est envenimée. Aidé par le whisky et sa femme, Helen, Harry tente de surmonter l’horreur qui lui inspire la crainte de mourir en raté. En attendant d’hypothétiques secours, Harry se remémore son passé.

Lundi 22 février, ce sera Carnival of Souls, de Herk Harvey, avec Candace Hilligoss (1962).
Synopsis : À la suite d’une course de voitures improvisée, un véhicule transportant trois jeunes femmes tombe d’un pont et s’enfonce dans une rivière. Unique rescapée, Mary, une organiste professionnelle, part ensuite s’installer à Salt Lake City où son nouveau travail l’attend, mais des évènements étranges surviennent bientôt…

Et enfin lundi 21 mars, on s’installera devant La dialectique peut-elle casser des briques ?, avec Li Chai Chung et Patrick Dewaere (1973)
Film français de René Viénet, il détourne par son doublage le film chinois Crush, de Tu Kuang-chi, originellement sorti en 1972, et je serais bien incapable de le résumer en un synopsis.

Comme à chaque fois, une critique rédigée par l’un de nos rédacteurs sera publiée quelques jours avant la projection.

Note donc bien ces dates.

Le Périscope
13 Rue Delandine
69002 Lyon
Arrêt Perrache
www.periscope-lyon.com

2 commentaires

  1. Bonjour tout le monde !
    Via un extrait d’article de votre cru qu’un ami a inséré et bien commenté sur son mur Facebook (je critique, je critique, mais des fois je jette un oeil et y a un truc bien qui fait que l’oeil m’est renvoyé un peu plus brillant), je me suis intéressé à quelques articles publiés sur votre site, et j’avoue que la pertinence de ceux-ci font souvent mouches et enrichissent mes propres analyses sur le poids des mots et l’évolution de la langue française. A la suite de cet article ci-dessus, et de votre envie de continuer à projeter régulièrement sur Lyon des films libres de droits, j’ai décidé de vous envoyer ce petit mot car je reviens tout juste d’un week-end dans cette même ville, et j’ai fait (enfin) la rencontre des personnes qui gèrent le bar associatif L’Atelier des Canulars, eux-mêmes assez férus de projections de films en tous genres. Certainement les connaissez-vous, et peut-être leur avez-vous déjà soumis l’envie de projeter régulièrement des films, mais vu la qualité de la soirée que j’ai passé dimanche soir à discuter avec eux après (justement) la projection d’un petit film sympa, je me disais que ce serait certainement l’endroit rêvé pour projeter des films avec des gens intéressants (grande salle, beaucoup de chaises et tables, vidéoprojecteur et grande toile de projection, boissons variées et bières de qualité à des prix vraiment corrects, adhérents cool…).
    Si ça peut vous aider à développer votre projet, tant mieux…

    • Bonjour Daniel. Alors oui, nous connaissons bien l’Atelier des Canulars et nous apprécions beaucoup cet endroit. Nous avions effectivement pensé à eux lorsque nous cherchions une salle où projeter nos films (sans toutefois les contacter) mais c’est finalement au Périscope que nous avons atterri (ce sont eux qui nous ont proposé, ça ne se refuse pas !).
      En tout cas, merci pour ce conseil et pour votre enthousiasme!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.